Actualités




CV       


  ︎   ︎


“Le Nez des Champignons ou la Poétique du Mycélium”


La première saison de résidences de recherche et de création de la Fondation LAccolade se déroule de janvier à juin 2021 avec comme titre l’aphorisme de l’écrivain Edouard Glissant « Rien n’est vrai, tout est vivant ». Chloé Jeanne est la troisième et dernière artiste invitée de cette saison. L’artiste a noué une relation singulière au vivant à travers ses œuvres. Celles-ci sont irriguées tout à la fois par son observation des pratiques scientifques et de l’autonomie du vivant. Elle aime à considérer ses matières tel le mycélium comme ses alliés. Elle élabore des sculptures et des installations saisies dans des environnements sensoriels et sensibles. Faire croître le vivant, lui donner forme et fonction, être à son écoute, connaître ses qualités et ses limites, développer une relation intime et symbiotique, tous ces processus créent une œuvre aux dimensions variées et variables.

Pour sa résidence de recherche et de création, Chloé Jeanne a développé de nouvelles expérimentations avec la création de nouvelles œuvres issues de différentes variétés de mycélium. Elle a notamment travaillé au « nez du champignon » en créant des œuvres olfactives qui nous invitent à voir dans le champignon le lieu d’une archive immémoriale de l’innumérable diversité des odeurs du vivant.


Dossier de Résidence

Rien n’est vrai tout est vivant


En conclusion de sa première saison de résidences de recherche et de création placée sous le signe du vivant, la Fondation LAccolade - Institut de France réunit les trois artistes de la Saison 1, Chloé Jeanne, Charlotte Gautier Van Tour, Caroline Le Méhauté, avec la participation des artistes Cristopher Cichocki et Luz Moreno.

Le titre de la Saison 1 reprend le détournement d’un célèbre aphorisme par Edouard Glissant, « Rien n’est vrai, tout est vivant.». Avec cette affirmation, il oppose la dynamique du Vrai en tant qu’absolu au Vivant en tant qu’expression qui ne connait pas de discontinuité. Pour se saisir de la question du vivant, il faut sans aucun doute faire preuve d’une disposition particulière, d’une sensibilité renouvelée, ne serait-ce que pour comprendre son étendue, ses ramifications infinies, sa fragilité. L’expérience infiniment concrète du changement climatique, ou encore de la disparition de pans entiers du vivant nous intime au déplacement, à opérer un pas de côté, à nous décentrer. L'exposition atteste d'un art qui fait du vivant la matière même de l’art dans une approche sensible qui mêle symbiose, réparation et soin.

Entrée libre tous les jours du 16 au 31 octobre 2021 de 11h à 19h.

Espace Cœur Marais, 3 rue Portefoin, 75003 Paris.



Photo : Martin Argyroglo, Courtesy : Fondation Laccolade - Institut de france 

Chloé Jeanne  © Tous droits réservés 2021